« Autres villes

         
Le site des sorties entre amis et rencontres amicales dans ta ville.
Nos Bons Plans »
Vacances inter OVS »
Grâce à ton aide, le site restera sympathique comme tu l'aimes !

Quel problème veux-tu soumettre à la communauté ?

Photo



Descriptif du profil


Humeur
(Vivons le plaisir de rencontrer les gens)



Alcyon35  
Clique pour voir la géolocalisation du membre

Clique pour agrandir

» Voir ses dernières sorties en photo «

Vivons le plaisir de rencontrer les gens
Mon humeur du moment en vidéo :)
Membre d'or

Date d'inscription
17 Janvier 2009

Dernière reconnexion
24 Novembre 2017 - 19h28

Membre certifié  par
Lili55

Ses sorties favorites
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Fiabilité
3 20 0 0
  100%
Infos perso
Classements
Prénom : André
Sexe : Homme
Situation : Non renseigné
Date de naissance : Non renseigné
Localisation : Francisco Ferrer

Les + populaires !n°3
Ils ont plein d'idées ;)n°11
Y a pas plus ouverts !n°17 (+1)
Les Forumeursn°78 (-1)
Son petit mot

 

 

La vie, c'est autre chose que la souffrance. La vie, si on n'est pas trop con, ce n'est que du bonheur. 

 

Mireille DARC

 

 

 

Un reportage sur Julos Beaucarne.

À écouter toutes affaires cessantes.

 

Je lui porte une affection particulière, surtout,

depuis que nous avons passé plusieurs heures ensemble,

le lundi 28 juin 1982, chez lui.

 

https://youtu.be/rgooSaGW0-U

 

 

Julos

 

Ce serait utile que chaque femme et que chaque homme se prennent en main au lieu d’attendre des autres le salut. Je crois que l’être humain a les outils pour prendre en main sa propre histoire et s’il ne les a pas, le travail du passeur c’est, me semble-t’il, de donner, sans prétention aucune, des outils pour que l’énergie de la grande Vie coule dans les veines de tous les êtres du monde

 

 

… je sais que je ne sais rien et c’est pour cela que toute l’humanité m’intéresse parce qu’elle m’apprend beaucoup sur moi-même.

 

Il sait assez celui qui sait s’il sait… qu’il ne sait rien. Ce n’est pas mon travail à moi de parler des malheurs du monde puisque tout le monde en parle. À compter d’aujourd’hui, j’ai le goût de parler de la joie, des inventions, des découvertes, des bonheurs du monde. J’ai toujours le goût de reboiser l’âme humaine, de parler de plantations, d’arbres, de fleurs qui sourient dans les jardins, j’ai envie de parler d’enfants qui naissent, j’ai envie de naître à nouveau, de croître et d’embellir. J’ai ramassé dans mon jardin un matin 7 noix et une poire, la journée commençait à merveille.

 

 

Julos

 

 

La petite gayole

 

Une tendre rencontre musicale chez Julos

 

 

 

 

Parler avec des inconnus

      Dans beaucoup de familles, on ne se parle plus, tant on est devenu des étrangers les uns pour les autres. Affaire de voisinage, c’est le zéro absolu. L’autre jour, j’étais chez une amie en train de faire un gâteau. Il lui manquait des œufs. J’ai suggéré qu’elle les demande à sa voisine. Elle m’a regardée comme si je lui avais conseillé un cambriolage.

     Qui dira toute la chaleur humaine et les possibilités d’entraide, qui chaque jour, se perdent ainsi ? Pouvoir parler avec des inconnus n’est jamais envisagé, et en général on croit que les contacts sont plus faciles dans d’autres pays ou d’autres villes. Mais d’après mes expériences, dans notre Europe plus ou moins unie, ils sont difficiles partout, même si les gens recèlent des trésors de gentillesse. (Parce que la gentillesse, elle existe- je l’ai d’ailleurs souvent rencontrée.) Si problème il ya, il provient davantage du manque de contacts que de la solitude.

     Vivre seul relève souvent d’un choix et, du point de vue financier, de luxe. Avant la guerre, trois générations vivaient sous le même toit et, encore aujourd’hui, c’est la norme dans de nombreux pays et au sein de familles plus pauvres ou plus unies. Là, on est habitué à partager l’espace et à accepter les concessions inévitables. Certains ne peuvent même pas imaginer de vivre autrement. En optant pour la liberté qu’offre un logement individuel, on crée de la distance, mais cela ne doit pas conduire à l’isolement qui – ne l’oublions pas- même dans les prisons est une punition supplémentaire. Vivre sans pouvoir s’exprimer équivaut à une mutilation de l’âme.    

 

Lily SZENASI, le Monde, 1996

 

Lily, c'est une personne formidable qui a créé des coins de conversation où chacun pouvait venir discuter librement de tout et de rien surtout, régulièrement, dans un grand magasin de Bruxelles, mais elle a fait ponctuellement à Paris et dans d'autres villes d'Europe.

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici l’origine de mon pseudo :

 

J’étais inscrit à la proue et sur la cabine de pilotage d’un chalutier étellois (Etel, près de Lorient). Un jour de terrible tempête, je sombrais tandis que les yeux de la France et du monde étaient fixés sur les recherches pour retrouver Alain Colas. Mon nom était sur toutes les lèvres du petit port breton, en cet après-midi du 12 décembre 1978. Les gens étaient tristes, la rumeur de ma disparition s’amplifiait. Ce nom est arrivé à mes oreilles en cette fin de journée grisâtre.

 

Ci-dessous, un article paru quelques jours après le naufrage, dans le quotidien « le Méridional », sous la signature de son directeur.

 

 

AUX DIX MARINS-PÊCHEURS DU CHALUTIER « ALCYON »

 

C’est un peu ridicule ce que je vais faire : on n’écrit pas à des disparus en mer dont les pauvres corps sont à jamais perdus dans l’immensité océans, au contraire des morts terriens reposant à l’ombre de leur croix, sous la dalle portant leur nom dans la paix des cimetières qui jouxtent les lieux où ils vécurent.

 

Les disparus en mer n’ont pas cette ultime consolation, et l’absence d’une tombe fait, hélas, qu’on les oublie plus vite encore que tous les autres en ce siècle égoïste. Mais vous n’êtes pas les premiers, loin de là, à n’être pas revenus de ces courses au-delà de l’horizon, qui sont le lot de tous les marins surtout en Bretagne, et peut-être certains s’étonneront-ils de lire cette lettre dans un journal du Midi, bien loin des rivages armoricains, encore que le fait de vivre, nous aussi, au bord d’une mer pas toujours aussi paisible que d’aucuns voudraient le laisser croire fasse que nous sommes cousins, n’est-ce pas ?

 

Pourtant, si j’écris cette lettre, c’est parce qu’il nous a été insupportable, dans ce journal, de n’entendre qu’un flash de vingt secondes à la télévision pour évoquer votre disparition, de ne découvrir que cinq lignes pour en informer le public chez quelques confrères, et de ne rien trouver du tout dans les autres. Alors que depuis un mois on a écrit des millions de lignes, on a dépensé des millions de francs pour un autre drame en mer, sans doute très douloureux, mais ne touchant qu’un seul homme qui avait tenté le diable, lui, non pour gagner péniblement sa vie, mais par soif d’aventure, et probablement aussi de gloire et peut-être d’argent.

 

Oh ! que l’on aille pas me faire dire surtout que l’on a trop fait pour retrouver Alain Colas, probable victime d’une épreuve dont l’utilité reste à démontrer. Tant d’argent est dépensé pour tuer, en ce bas monde, que personne, jamais, et moi moins que tout autre, ne dira qu’on en dépense trop pour sauver une vie, tant qu’il demeure la moindre chance de la sauver.

 

Mais comme il est choquant, néanmoins de voir que tant d’émotion a été soulevée autour de celui qui prenait des risques pour la gloire, alors que tant d’indifférence s’est manifestée vis-à-vis de vous dix, les marins-pêcheurs de l’ « Alcyon », qui affrontiez la mer par obligation, courageusement, sans qu’il y ait, au bout de votre voyage, des photographes, des caméras, des micros, des colliers de fleurs, des discours et des millions… Seulement pour vivre, pour élever vos gosses, pour entretenir votre foyer !

 

Alors puisqu’il ne nous est guère possible de faire autre chose pour vous, qu’il nous soit permis du moins de saluer votre sacrifice… etc…

 

Gabriel Domenech

 

 

Je suis un passionné de la VIE, je ne dis pas « épicurien », car le terme est galvaudé.

 

J’aime :

- l’informatique

- la nature

- la cuisine

- la beauté

- la bonne chanson française

- l’être humain

- la convivialité

- le respect

- la fête

- le thé

- le jeu de tarot

- les jeux de société

- le silence

 

 

Dans les listes, il n’y a pas de priorité, et il y a, sans doute, des oublis

 

 

J’adore :

- l’Amitié

- la Bretagne dans sa diversité, et elle est profondément ancrée.

- Julos Beaucarne

 

 

Je déteste :

- les hypocrites

- les menteurs

- les narcissiques

- les tricheurs

- les manipulateurs

- les profiteurs

- les égocentriques

- les rumeurs

- les commérages

 

 

 

 

Dans ma liste d’ami(e)s, j’ajoute des personnes, rencontrées lors de sorties, que j’apprécie pour une raison ou une autre, mais c’est très subjectif. Rien n’est définitif, ni acquis, il suffit d’un sourire, d’un mot, d’être ouvert aux autres, d’être naturel, etc.

 

 

Ma liste s’allège de temps à autre pour diverses raisons dont celle que nos chemins ne se sont pas croisés depuis longtemps, mais rien n’est fixé d’avance.

 

 

J’aime les personnes pour ce qu’elles sont et

non pour l’image qu’elles veulent donner d’elles-mêmes. 

 

 

Soyez Nature, Timide, Franc, Expressif, peu importe,

mais soyez vous-mêmes.

 

 

 Vivre le moment présent sans se poser de question, et profiter. 

 

 

L’Amour et l’Amitié de qualité

sont des sentiments stables qui ne varient pas

selon l’égo, la météo ou les humeurs hormonales.

 

 

J’ai des qualités mais aussi des défauts,

chacun doit vivre avec cela,

et doit accepter l’Autre et les Autres. 

 

 

Chacun est libre d’aimer, d’apprécier mais pas de juger.

Il y a des tribunaux pour cela.

 

 

Je suis très tolérant, mais il y a une limite à ne pas franchir,

celle que je ne pardonne pas.

 

 

Je revendique ma liberté de penser, de choisir

et j’assume qui je suis,

ce que je pense, ce que je fais.

Personne n’est parfait.

 

 

Je suis prêt à tout écouter : la vérité ne blesse pas, la méchanceté oui.

 

 

Il n’y a pas qu’OVS dans ma vie,

mais elle est multiple et bien rempli,

mais sache qu’il y a toujours un moment pour écouter.

 

Prends le temps de vivre,

car nous avons tous le même destin

 

 

 

 

Quelques caractéristiques de sa vie et ses principaux centres d'intérêts...
Vie / Quotidien

Générosité - Altruisme
Mode de vie / Idéologie

Collectionneur
Langue

Je parle français

Technologie

J'ai un smartphone
Je suis Mac
J'ai un Blog
Activités physiques

Marche - Balade
Activités culinaires

Je cuisine
Amateur de thé

Divertissement / infos

Radio - Journaux
Télévision
J'aime la culture/cuisine

Française
Sport

Vélo - VTT

Jeux

Jeux de cartes - Poker
Jeux de société
Nature

Jardinage - Plantes
Séjours

Partir en week-end

    Pour :
  • Lui envoyer un message privé
  • Voir la liste de ses futures sorties
  • Savoir si tu l'as déjà croisé lors d'une sortie

  • Connecte-toi !
Pros : créez & placez votre publicité ici »

« Voir les autres

Viens discuter sur le forum


0.0528s